Archives par mot-clé : corps

Petites et grandes résistances dans les domesticités

La dernière livraison de la revue L’homme et la société explore les manières dont les travailleur·es domestiques, à travers le monde, hier et aujourd’hui, résistent, se mobilisent, luttent collectivement ou font des actes individuels subversifs. 

Comment les travailleuses et travailleurs domestiques résistent-elles et ils à la domination ? Quelles sont leurs luttes individuelles et leurs mobilisations collectives ? Les rapports de travail domestiques reposent sur un ensemble de mécanismes de subordination et d’oppression, bien étayés par la littérature, qui invitent à tourner notre regard vers les manières dont ils sont contestés. Ce dossier a pour ambition d’interroger les formes de résistance déployées par celles et ceux qui prennent en charge les tâches domestiques et familiales au domicile des autres, contre rémunération et avantages en nature. La diversité des cas empiriques et des contextes ici mobilisés en parcourt trois formes : des contestations individuelles dans les interactions quotidiennes aux initiatives collectives portées par des institutions, en passant par l’étude de la mise en récit des résistances dans la production littéraire et artistique. Le dossier dans son ensemble invite à une réflexion sur l’émancipation des travailleuses et travailleurs à l’heure où les emplois domestiques se massifient à travers le monde, malgré des conditions de travail très dégradées. Si leurs résistances résultent de l’impulsion ou du soutien d’institutions privées comme publiques, il est faux de croire que les travailleuses et travailleurs ne peuvent rien sans elles : leurs résistances émanent aussi d’une auto-émancipation dont il s’agit de comprendre les conditions.

Continuer la lecture de Petites et grandes résistances dans les domesticités

Le corps des domestiques

Atelier de recherche du GRIDOM

Au paroxysme de la première vague épidémique, alors que s’impose à tous de rester chez soi, de mettre sa vie en suspens pour se protéger et protéger les autres, des hommes et des femmes continuent pourtant de devoir s’exposer pour prendre soin de notre monde. Aux côtés du personnel hospitalier et enseignant, ils sont ces travailleurs et ces travailleuses des classes populaires invisibles qui font tenir nos vies : aides ménagères, auxiliaires de puériculture, assistantes maternelles, aides de vie. Ils sont aussi souvent de celles et de ceux qui n’ont pas le choix des conditions de leur travail et subissent de plein fouet la contrainte des politiques économiques. Ils sont enfin, ces hommes et ces femmes aux corps vulnérables, éprouvés par les métiers précaires et pénibles du soin et du lien aux autres, et dont la crise de la covid-19 vient révéler le poids des tâches qui leur incombent, au péril de leur santé.

Parce qu’ils sont ces individus que trop souvent l’histoire ne retient pas dans sa compréhension du passé comme du présent, cet atelier a pour ambition de mettre en lumière leurs modes d’existence et d’expérience sensibles et le rôle qu’ils assurent pour faire tenir nos sociétés. Il s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par la MSH Paris Nord sur les corps et les affects des subalternes du soin, et porté par le Groupe de recherche interdisciplinaires sur les domesticités. Il constitue également la séance inaugurale d’un séminaire consacré à ces mêmes thématiques.

Pour ces premières rencontres, nous avons retenu deux axes prioritaires pour guider nos discussions et constituer les deux temps de cette journée :

– Un axe épistémologique centré sur les mécanismes et les dispositifs qui ont historiquement invisibilisé l’expérience sensible des subalternes du soin à l’enquête

– Un axe centré sur les corps et les affects de ces « classes serviles », sur leur exposition (aux dangers, aux épidémies, au mépris, aux répressions) et leur traitement politique et symbolique. Continuer la lecture de Le corps des domestiques

AAC Le corps des domestiques

LE CORPS DES DOMESTIQUES

Atelier de recherche du Groupe de recherche interdisciplinaire sur les domesticités

18 novembre, MSH Paris Nord

Edith Mendoza, travailleuse domestique philippine aux États-Unis, membre du National Domestic Workers Alliance.

Photo: Sharif Hamza pour le New York Times, 21 février 2019

Introduction

Au paroxysme de la première vague épidémique, alors que s’impose à tous de rester chez soi, de mettre sa vie en suspens pour se protéger et protéger les autres, des hommes et des femmes continuent pourtant de devoir s’exposer pour prendre soin de notre monde. Aux côtés du personnel hospitalier et enseignant, ils sont ces travailleurs et ces travailleuses des classes populaires invisibles qui font tenir nos vies : aides ménagères, auxiliaires de puériculture, assistantes maternelles, aides de vie. Ils sont aussi souvent de celles et de ceux qui n’ont pas le choix des conditions de leur travail et subissent de plein fouet la contrainte des politiques économiques. Ils sont enfin, ces hommes et ces femmes aux corps vulnérables, éprouvés par les métiers précaires et pénibles du soin et du lien aux autres, et dont la crise de la covid-19 vient révéler le poids des tâches qui leur incombent, au péril de leur santé.

Parce qu’ils sont ces individus que trop souvent l’histoire ne retient pas dans sa compréhension du passé comme du présent, cet atelier a pour ambition de mettre en lumière leurs modes d’existence et d’expérience sensibles et le rôle qu’ils assurent pour faire tenir nos sociétés. Il s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par la MSH Paris Nord sur les corps et les affects des subalternes du soin, et porté par le Groupe de recherche interdisciplinaires sur les domesticités. Il constitue également la séance inaugurale d’un séminaire consacré à ces mêmes thématiques.

Pour ces premières rencontres, nous avons retenu deux axes prioritaires pour guider nos discussions et constituer les deux temps de cette journée :

– Un axe épistémologique centré sur les mécanismes et les dispositifs qui ont historiquement invisibilisé l’expérience sensible des subalternes du soin à l’enquête

– Un axe centré sur les corps et les affects de ces « classes serviles », sur leur exposition (aux dangers, aux épidémies, au mépris, aux répressions) et leur traitement politique et symbolique.

Continuer la lecture de AAC Le corps des domestiques

Les corps exposés à l’ombre des subalternes du soin

« Parce que sans nous, le monde s’arrête »[1].

Caroline Ibos et Clyde Plumauzille

La récente pandémie du Coronavirus a rappelé que la vulnérabilité ontologique est une condition partagée. Alors que sous le coup des catastrophes naturelles, de la crise climatique et des épidémies, chacun·e sent sa vie menacée, la sensibilité collective capte le soin comme l’une des modalités, longtemps dévaluée mais finalement désirable, des relations entre les personnes. Or, celles et ceux sommés de prendre en charge les pratiques de soin si fondamentales pour tou·te·s, sont eux-mêmes et elles-mêmes moins souvent que les autres destinataires de soins et d’attention. Le soin et le soutien à la vie ordinaire interrogent les manières dont les sociétés tiennent et leur organisation fixe des inégalités et des iniquités systémiques dans la qualification des corps et des affects ainsi que dans l’attention qui leur est accordée. Ce sont les tensions entre la reconnaissance croissante du soin et le mépris témoigné à ceux et celles qui l’assument, entre leur sollicitation au bénéfice de certains et les épreuves que leurs corps endurent que ce projet intitulé Les corps exposés à l’ombre des subalternes du soin vise à analyser. Attentif à la dimension sensible, corporelle et sanitaire des inégalités en jeu dans la prise en charge du soin d’autrui, il s’inscrit dans l’axe Corps, santé et société du programme scientifique de la MSH Paris Nord et propose une réflexion à l’intersection de ses thématiques Corps, émotions et sensibilités et Santé et inégalités.

Continuer la lecture de Les corps exposés à l’ombre des subalternes du soin