Séminaire, Le corps des domestiques

Séminaire du groupe de recherche interdisciplinaire sur les domesticités.

L’atelier du 18 novembre 2021, Le corps des domestiques, a lancé le séminaire du Gridom.

Le programme poursuit la réflexion sur les corps au travail de celles et ceux qui s’exposent pour prendre soin de notre monde, pour faire tenir nos vies. Travailleurs et travailleuses des classes populaires, les nourrices, aides ménager·es, auxiliaires de puériculture, assistantes maternelles, aides de vie sont ces personnes souvent effacées de la compréhension du passé comme du présent. Il s’agit pour nous de mettre en lumière leurs modes d’existence et d’expérience sensibles, de problématiser leur place dans les rapports sociaux, en les réinscrivant dans une histoire des corps subalternes, déployée dans un espace mondialisé et sur une séquence chronologique large, du XIXe siècle à nos jours.

Pour les séances de 2022, alternerons la présentation de recherches en cours et, à partir de matériaux visuels, une réflexion collective sur les visibilités des domesticités.

PROGRAMME

Le 11 février 2022
Projection de La Noire de… d’Ousmane Sembène (1966)
Séance et discussion introduites par Caroline Ibos (Paris 8, LEGS) et Monique Milia Marie-Luce (université des Antilles, AIHP-GEODE, Fellow ICM-Global)
Auditorium de la MSH Paris Nord
20 Avenue Georges Sand, La plaine Saint-Denis


Le 18 mars 2022
Projection de Près d’elle de Chiara Giordano (ULB) et Benjamin Durand (2021)
Séance en présence de la réalisatrice, introduite par Nina Sahraoui (CRESPPA)
Auditorium du Centre des colloques, Campus Condorcet,
Place du Front populaire, Aubervilliers


Le 22 avril 2022
Entre genre, classe, race et âge : faire l’histoire des « boys » dans l’empire colonial français (XIXe-XXe siècle) de Stéphanie Soubrier (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Séance introduite par Monique Milia Marie-Luce (université des Antilles, AIHP-GEODE, Fellow ICM-Global) et Clyde Plumauzille (CNRS, CMH)
Maison des sciences de l’homme Paris Nord, salle 408
20 Avenue Georges Sand, La plaine Saint-Denis


Le 27 mai 2022
Domesticités et plateformes de service à domicile. Le cas de Wecasa de Aurore Koechlin (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Séance et discussion introduites par Caroline Ibos (Paris 8, LEGS).
Maison des sciences de l’homme Paris Nord, salle 408
20 Avenue Georges Sand, La plaine Saint-Denis


Le 24 juin 2022
Projection de Overseas Sung-A Yoon (2021)
Séance et discussion introduites par Julien Debonneville (université de Genève)
Lieu à préciser


INFORMATIONS PRATIQUES

Séminaire public
un vendredi par mois
de 10h à 13h

Organisé par Caroline Ibos (université Paris 8, LEGS), Monique Milia Marie Luce (université des Antilles, AIHP-GEODE, Fellow ICM-Global) et Clyde Plumauzille (CNRS, CMH)

Une vie à soi

Angelina, femme de ménage, une vie de violences et de libertés

Dans son dernier épisode d’Un podcast à soi, Charlotte Bienaimé tend le micro à Angelina, aide à domicile et femme de ménage. Elle travaille chez Charlotte. Tout les sépare, à commencer par leur statut de patronne et d’employée. Certaines expériences les rapprochent pourtant. Elles discutent beaucoup. Pour “Un podcast à soi”, Angelina raconte sa vie : ses parents incarcérés, les hommes violents, le travail du soin et du ménage, la découverte d’une sexualité enfin épanouie dans le BDSM…

Illustration d’Un Podcast à soi

“Une vie à soi, unique et familière, tissée de contradictions, de violences et de libertés. Une forme réduite pour faire entendre des récits inspirants, des parcours de vie, des chemins d’émancipation au sein du patriarcat.”

Petites et grandes résistances dans les domesticités

La dernière livraison de la revue L’homme et la société explore les manières dont les travailleur·es domestiques, à travers le monde, hier et aujourd’hui, résistent, se mobilisent, luttent collectivement ou font des actes individuels subversifs. 

Comment les travailleuses et travailleurs domestiques résistent-elles et ils à la domination ? Quelles sont leurs luttes individuelles et leurs mobilisations collectives ? Les rapports de travail domestiques reposent sur un ensemble de mécanismes de subordination et d’oppression, bien étayés par la littérature, qui invitent à tourner notre regard vers les manières dont ils sont contestés. Ce dossier a pour ambition d’interroger les formes de résistance déployées par celles et ceux qui prennent en charge les tâches domestiques et familiales au domicile des autres, contre rémunération et avantages en nature. La diversité des cas empiriques et des contextes ici mobilisés en parcourt trois formes : des contestations individuelles dans les interactions quotidiennes aux initiatives collectives portées par des institutions, en passant par l’étude de la mise en récit des résistances dans la production littéraire et artistique. Le dossier dans son ensemble invite à une réflexion sur l’émancipation des travailleuses et travailleurs à l’heure où les emplois domestiques se massifient à travers le monde, malgré des conditions de travail très dégradées. Si leurs résistances résultent de l’impulsion ou du soutien d’institutions privées comme publiques, il est faux de croire que les travailleuses et travailleurs ne peuvent rien sans elles : leurs résistances émanent aussi d’une auto-émancipation dont il s’agit de comprendre les conditions.

Dossier

Overseas, un documentaire sur les travailleuses domestiques philippines

Aux Philippines, on déploie les femmes en masse à l’étranger comme aides ménagères ou nounous. Elles laissent souvent derrière elles leurs propres enfants, avant de se jeter dans l’inconnu. Dans un centre de formation au travail domestique, comme tant d’autres aux Philippines, un groupe de candidates au départ se préparent au mal du pays et aux maltraitances qui pourraient les atteindre. Lors d’exercices de jeux de rôles, les femmes se mettent tant dans la peau de l’employée que des employeurs. Aux abords de la fiction, OVERSEAS traite de la servitude moderne de notre monde globalisé, tout en révélant la détermination de ces femmes, leur sororité et les stratégies mises en place face aux épreuves que leur réserve l’avenir. 

Overseas, Sung-A Yoon
Belgique/France, 2019, couleur, 1 h 30 min

Projection dans le cadre de Voir Grand avec 25 nuances de docs

Bibliothèque du Centre Pompidou

24 nov. 2021
20h – 21h45

En présence de Sung-A Yoon

https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/RPDVAZt

Le corps des domestiques

Atelier de recherche du GRIDOM

Au paroxysme de la première vague épidémique, alors que s’impose à tous de rester chez soi, de mettre sa vie en suspens pour se protéger et protéger les autres, des hommes et des femmes continuent pourtant de devoir s’exposer pour prendre soin de notre monde. Aux côtés du personnel hospitalier et enseignant, ils sont ces travailleurs et ces travailleuses des classes populaires invisibles qui font tenir nos vies : aides ménagères, auxiliaires de puériculture, assistantes maternelles, aides de vie. Ils sont aussi souvent de celles et de ceux qui n’ont pas le choix des conditions de leur travail et subissent de plein fouet la contrainte des politiques économiques. Ils sont enfin, ces hommes et ces femmes aux corps vulnérables, éprouvés par les métiers précaires et pénibles du soin et du lien aux autres, et dont la crise de la covid-19 vient révéler le poids des tâches qui leur incombent, au péril de leur santé.

Parce qu’ils sont ces individus que trop souvent l’histoire ne retient pas dans sa compréhension du passé comme du présent, cet atelier a pour ambition de mettre en lumière leurs modes d’existence et d’expérience sensibles et le rôle qu’ils assurent pour faire tenir nos sociétés. Il s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par la MSH Paris Nord sur les corps et les affects des subalternes du soin, et porté par le Groupe de recherche interdisciplinaires sur les domesticités. Il constitue également la séance inaugurale d’un séminaire consacré à ces mêmes thématiques.

Pour ces premières rencontres, nous avons retenu deux axes prioritaires pour guider nos discussions et constituer les deux temps de cette journée :

– Un axe épistémologique centré sur les mécanismes et les dispositifs qui ont historiquement invisibilisé l’expérience sensible des subalternes du soin à l’enquête

– Un axe centré sur les corps et les affects de ces « classes serviles », sur leur exposition (aux dangers, aux épidémies, au mépris, aux répressions) et leur traitement politique et symbolique.

INFORMATIONS PRATIQUES

18 novembre, 2021 de 9h30 à 16h30

sur le Campus Condorcet, bâtiment de recherche Nord salle 0.010
14 cours des Humanités, 93300 Aubervilliers
métro Front Populaire

ouvert à toutes et tous

PROGRAMME

9h00-9h30 

Ouverture par Caroline Ibos (Paris 8, LEGS, CNRS) et Clyde Plumauzille (Centre RolandMousnier, CNRS, Sorbonne Université)

9h30-12h45 

Les corps exposés des subalternes du soin

9h30-10h45 Des corps qui comptent – Discutante Alizée Delpierre (CSO, Sciences PoParis, CNRS)

Adèle Sueur (Université de Paris), La dépendance, concept clé des domesticités ? 

Clyde Plumauzille (Centre Roland Mousnier, CNRS, Sorbonne Université), Les nourricescontaminées du Service de Enfants Assistés au tournant des XIXe-XXe siècle. L’impossiblereconnaissance d’une maladie professionnelle

10h45-11h00 Pause café

11h00-12h30 Corps et coeurs à vif – Discutante Myriam Paris (CESSP, CNRS) 

Énora Gauthier, Travailleuses immigrées employées de maison, actrices et engagées dans une lutte professionnelle en France (1960 – 1980) 

Guillaume Cuny (Centre Pierre Naville, Université Paris-Saclay/UEVE), L’origine de lasouffrance 

Caroline Ibos (Paris 8, LEGS, CNRS), Du sida au covid, corps contaminants et corpscontaminés : la chair de la domesticité 

PAUSE DEJEUNER

13h45-15h00 Perspectives coloniales et postcoloniales – Discutante StéphanieSoubrier (Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Monique Milia-Marie-Luce (Université des Antilles), La visibilité d’une colonie française :les domestiques guadeloupéennes au Canada 1910-1911

Véronique Durand (ULB), Une approche historique de la domesticité : l’exemple du nord-estbrésilien

15h00-15h15 Pause café

15h15 – 16h30 Nouveaux matériaux, nouvelles enquêtes – Discutante Violaine Tisseau(IMAF, CNRS)

Corine Reynette (EHESS, IRIS), Des récits de vie pour sortir de l’invisibilisation 

Chiara Giordano (ULB, GERME), L’invisibilité des travailleuses migrantes (à demeure) dans le secteur du care. Une approche audiovisuelle 

Coordonné par Clyde Plumauzille (CNRS, CRM) et Caroline Ibos (Paris 8, LEGS), le GRIDOM réunit depuis 2018 des chercheuse·eurs de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, dans le cadre d’un projet scientifique soutenu par la MSH Paris Nord et intitulé Les corps exposés à l’ombre des subalternes du soin.

« Il est temps de reconnaître le travail des aides à domicile »

Dans le monde, un collectif d’universitaires et de féministes, dont l’écrivaine Annie Ernaux et les sociologues Dominique Méda, Christelle Avril et Caroline Ibos, plaide, pour la création d’un grand service public de l’aide à l’autonomie ainsi que pour la revalorisation des salaires et des carrières de celles qui ont été les « grandes oubliées » du Ségur de la santé.

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/09/22/il-est-temps-de-reconnaitre-le-travail-des-aides-a-domicile_6095536_3232.html

Manifestation des aides à domicile de l’ADPA (Association Départementale d’aide aux Personnes Âgées), 16 juin 2021, crédit: LO

“Alors que leur rôle est essentiel, que leur métier fait partie des enjeux forts des sociétés de demain, alors que leur travail est aussi un levier d’émancipation des femmes qui sont majoritairement des aidantes, il est temps de construire un grand service public de l’aide à l’autonomie, avec un financement de la perte d’autonomie au titre de la maladie par la Sécurité sociale et avec de vraies garanties sociales et salariées pour toutes ces professionnelles.”

Les près de 700 000 aides à domicile, en première ligne durant la crise sanitaire, sont les « grandes oubliées » du Ségur de la santé ou des plans de relance, en dehors d’une prime ponctuelle de 1 000 euros, en réalité rarement obtenue en totalité.

« Guillermina », symbole de l’histoire oubliée des nourrices noires

Le fils d’une famille aisée de La Havane évoque le souvenir impérissable laissé par sa nourrice, une femme noire nommée Guillermina qui l’a élevé dans les années 1940.

crédit: Tënk

“À l’image, une animation enfantine laisse rapidement la place à des photographies en noir et blanc. Des dizaines de photos de familles où des femmes noires portent des enfants blancs sur leurs genoux pour leur faire tenir la pose. En accumulant ces clichés anonymes, ce court métrage dépasse la simple quête personnelle pour révéler les fondements d’un système raciste et de classes. Nous restons longtemps habités du regard de ces femmes, réalisant le travail de soin qu’elles ont accompli et toute l’affection qu’elles ont dû prodiguer aux enfants des maîtres. Un juste retour dans la lumière de cette histoire méconnue.”

Éva Tourrent, responsable artistique de Tënk

Ce documentaire a été réalisé par la chercheuse cubaine Aída Esther Bueno Sarduy, docteur en anthropologie sociale et culturelle, experte en études avancées sur les relations raciales et la culture noire et spécialiste des cultures de la diaspora africaine et du leadership féminin dans le Xangô de Recife. Elle mène actuellement des recherches sur les actions de libération entreprises par des femmes asservies devant les cours de justice de Pernambuco (Brésil) à la fin du 19e siècle.

A retrouver sur la plateforme Tënk

AAC Le corps des domestiques

LE CORPS DES DOMESTIQUES

Atelier de recherche du Groupe de recherche interdisciplinaire sur les domesticités

18 novembre, MSH Paris Nord

Edith Mendoza, travailleuse domestique philippine aux États-Unis, membre du National Domestic Workers Alliance.

Photo: Sharif Hamza pour le New York Times, 21 février 2019

Introduction

Au paroxysme de la première vague épidémique, alors que s’impose à tous de rester chez soi, de mettre sa vie en suspens pour se protéger et protéger les autres, des hommes et des femmes continuent pourtant de devoir s’exposer pour prendre soin de notre monde. Aux côtés du personnel hospitalier et enseignant, ils sont ces travailleurs et ces travailleuses des classes populaires invisibles qui font tenir nos vies : aides ménagères, auxiliaires de puériculture, assistantes maternelles, aides de vie. Ils sont aussi souvent de celles et de ceux qui n’ont pas le choix des conditions de leur travail et subissent de plein fouet la contrainte des politiques économiques. Ils sont enfin, ces hommes et ces femmes aux corps vulnérables, éprouvés par les métiers précaires et pénibles du soin et du lien aux autres, et dont la crise de la covid-19 vient révéler le poids des tâches qui leur incombent, au péril de leur santé.

Parce qu’ils sont ces individus que trop souvent l’histoire ne retient pas dans sa compréhension du passé comme du présent, cet atelier a pour ambition de mettre en lumière leurs modes d’existence et d’expérience sensibles et le rôle qu’ils assurent pour faire tenir nos sociétés. Il s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par la MSH Paris Nord sur les corps et les affects des subalternes du soin, et porté par le Groupe de recherche interdisciplinaires sur les domesticités. Il constitue également la séance inaugurale d’un séminaire consacré à ces mêmes thématiques.

Pour ces premières rencontres, nous avons retenu deux axes prioritaires pour guider nos discussions et constituer les deux temps de cette journée :

– Un axe épistémologique centré sur les mécanismes et les dispositifs qui ont historiquement invisibilisé l’expérience sensible des subalternes du soin à l’enquête

– Un axe centré sur les corps et les affects de ces « classes serviles », sur leur exposition (aux dangers, aux épidémies, au mépris, aux répressions) et leur traitement politique et symbolique.

Axe 1. Des corps qui comptent : une reprise épistémologique

Force est de constater que les sciences humaines et sociales ont principalement problématisé la question des subalternes du soin essentiellement à partir de la relation de travail et de l’exploitation dans le travail. Les conditions d’existence de ces personnes, l’exposition et la fragilisation de leurs corps, leur inscription dans les circuits du soin en tant qu’elles peuvent elles aussi en être les destinataires restent des questions enfouies. Se rejoue ainsi en partie dans le champ de la recherche scientifique l’invisibilité politique et symbolique de cette Caring class et de ses corps vulnérables, corvéables et infatigables qu’on ne saurait voir. Cette invisibilité s’inscrit plus largement dans un processus historique de stigmatisation et de délégitimation des corps et des émotions populaires depuis le XVIIIe siècle. Car la démocratisation de l’espace public à la faveur du siècle des révolutions s’est accompagnée de nouvelles formes de distinctions et de rejet du peuple par celui de ses affects, ces derniers étant présentés comme incompatibles avec une rationalité politique nécessairement abstraite, raisonnante et raisonnable.

Cette cécité dans le temps long pose des questions d’ordre épistémologique. Aussi les travaux menés au sein de ce projet interrogeront les caches, analytiques ou conceptuels, qui ont dissimulé les corps de tous ces auxiliaires de vie. Ces corps si corvéables, disponibles aux pouvoirs et traités dans les relations sociales avec tant de suspicion, semblent avoir été vidés de leur chair historique ou sociologique. Bien qu’ils soient exposés aux maladies, aux virus, à la violence, à la peur, à la fatigue, à tous ces risques sanitaires ou psychosociaux, bien qu’ils résistent aussi, les sciences sociales ont ignoré les corps des subalternes du soin, pour valoriser le dévouement, l’amour ou la sollicitude qu’ils portent aux vulnérables, ceux-là mêmes qu’ils soutiennent. Et c’est tout un retour réflexif sur ce qui peut faire science que ces silences interrogent : comment les sciences sociales, lorsqu’elles se saisissent des subalternes du soin, s’inscrivent-elles dans des régimes de visibilités, poursuivent des procédures d’invisibilisation et de hiérarchisation, de sensibilisation aux besoins de certains et de déclassement épistémique de ce qui semble insignifiant ?

Axe 2. Corps et cœur à vif

Dans le sillage de ce retour réflexif sur le temps long de l’invisibilisation des corps et des émotions des subalternes du soin, ce projet a également pour ambition de proposer des modes d’enquête fondés sur la collecte de données qualitatives et quantitatives propres à la saisie de cette expérience sensible. Nous souhaitons pour cela favoriser une perspective de recherche « au ras des individus », attentive aux contraintes qu’ils éprouvent et qui les éprouvent, car les lésions et les affections somatiques ou émotionnelles liées aux métiers du lien et du soin aux autres sont une dimension attendue de leur expérience. Entre autres exemples, la contamination syphilitique des nourrices allaitantes, l’essoufflement par les détergents, les « mains de javelle » des femmes de ménage, les genoux abîmés des « Amazones de la lessive » ; mais aussi les masques refusés aux agent·e·s d’entretien parce que, entravant la respiration, ils ralentissent les cadences, ou les gants également proscrits parce qu’ils rendent les gestes moins précis…

Les subalternes du soin dérogent à la citoyenneté somatique qu’est venu fixer progressivement le modèle biopolitique contemporain. Dans le cadre de la domesticité d’hier, leur corps est considéré être à disposition de leurs maîtres qui peuvent contraindre ces derniers jusqu’à leur alimentation, leur habillement ou encore leurs relations sexuelles. Dans le cadre du marché du service à la personne d’aujourd’hui, ils sont de celles et ceux qui ne peuvent lâcher prise ni succomber à l’idéologie du bien-être, ne sont ni dans l’optimisation ni dans la performance d’eux-mêmes, s’avèrent pris dans des carrières de soin dont de multiples « petites incapacités » et des souffrances inscrites dans la chair sont l’aboutissement : troubles musculo-squelettiques dorso-lombaires, asthme, dermatoses irritatives, troubles auditifs, angoisses… Les aspects méthodologiques, épistémologiques et analytiques nécessaire à la documentation, à l’objectivation de ces dispositifs d’exposition et de leurs conséquences seront au centre de nos réflexions.

Modalités

Les communications seront de vingt minutes et s’efforceront de mettre en lumière le terrain et la méthodologie envisagés pour inscrire nos échanges dans l’étude des pratiques et des rapports sociaux des individus et réfléchir ensemble aux boîtes à outils que nous pouvons mobiliser.

Les jeunes chercheur.ses – doctorant.es notamment – travaillant sur ces thématiques sont particulièrement encouragé.es à présenter leurs objets.

Enfin, la question des dynamiques coloniales et postcoloniales constitue un angle de réflexion que nous souhaitons valoriser au sein de ces discussions.

Les propositions de communication (300 mots environ) sont à envoyer pour le 15 octobre 2021 (date limite) aux adresses suivantes :

clyde.plumauzille@gmail.com

caroline.ibos@legs.cnrs.fr


Références bibliographiques indicatives

Avril, Christelle (2014), Les aides à domicile: un autre monde populaire, Paris, la Dispute.

Boris, Eileen, Nadasen Premilla (2008), « Domestic Workers Organize! », Working USA. The Journal of Labor and Society, 11 (4), 413-437.

Delpierre, Alizée (2021), « Les « bons » corps de la domesticité », Genèses, n° 123 (2), 8‑27.

Glenn, Evelyn Nakano (1992), « From Servitude to Service Work: Historical Continuities in the Racial Division of Paid Reproductive Labor », Signs, 18 (1), 1‑43.

Hugon, Anne, Plumauzille, Clyde, Rossigneux-Méheust, Mathilde (dir.) (2019), « Travail de care », Clio. Femmes, Genre, Histoire, (49).

Ibos, Caroline (2012), Qui gardera nos enfants? Les nounous et les mères, Paris, Flammarion.

Paris, Myriam (2020), Nous qui versons la vie goutte à goutte ; féminismes, économie reproductive et pouvoir colonial à La Réunion, Paris, Dalloz.

Femmes de chambres de l’Ibis Batignolles : la victoire après vingt-deux mois de combat

“Frotter frotter, ça a payé!”

“Toutes les victoires sociales sont bonnes à prendre, mais certaines se dégustent avec plus de plaisir que d’autres. Quand elles ont eu près de deux ans pour mijoter, forcément, la saveur finale n’en est que décuplée. Il en va ainsi de la lutte au long cours d’une vingtaine de femmes de chambre de l’hôtel Ibis des Batignolles (Paris, XVIIe arrondissement), qui restera dans les mémoires avant tout pour sa durée : vingt-deux mois. Vingt-deux mois au terme desquels un accord devait être signé, ce mardi matin, dans les murs de cet établissement géré par AccorInvest, filiale du groupe Accor, dont elles nettoient et préparent les chambres à la chaîne. Vingt-deux mois au terme desquels elles ont arraché les revalorisations salariales et les meilleures conditions de travail qu’elles réclamaient.” (Frantz Durupt, Libération, 24/05/2021)

Les femmes de chambre, salariées de STN, sous-traitant du groupe hôtelier Accor, demandaient notamment la réduction de leur cadence de travail et le paiement d’un panier-repas. Ici devant l’Ibis Clichy-Batignolles après la signature de l’accord. (Albert Facelly/Libération)

https://www.liberation.fr/economie/social/femmes-de-chambres-de-libis-batignolles-la-victoire-apres-vingt-deux-mois-de-combat-20210524_OXU7E4ERZRGD5LDXILGSMEBZJI/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search