Lutter depuis le travail reproductif, perspectives historiques, théoriques et politiques

Journée d’étude

Vendredi 29 septembre
15h-19h – Amphithéâtre Max Weber – Université Paris Nanterre

15h- Ouverture de la journée

15h15-16h15-Leopoldina Fortunati – « Luttes visibles et invisibles depuis la sphère reproductive » – Discussion animation Fanny Gallot

16h15-17h15- Silvia Federici (visio) – « Communs du travail reproductif et reproduction du travail militant » – Discussion animation Karel Yon

17h15-17h30- pause-

17h30-18h30- Louise Toupin (visio) – « Le Collectif féministe international du salaire au travail ménager (1972-1977) : une internationale féministe avant l’heure » – Discussion animation Maud Simonet

“De complexes héritages féministes? La question de la domesticité chez Paulette Nardal ou l’invisibilisation de la condition d’autres femmes”

Un article de Monique Milia Marie-Luce

Résumé

Paulette Nardal est une personnalité martiniquaise longtemps ignorée. Ce sont les travaux de chercheuses américaines au cours de la première décennie des années 2000 qui ont permis de mettre en lumière son rôle dans l’émergence du mouvement de la négritude et ses activités féministes. Son parcours a été récemment (re)valorisé en France dans le contexte principalement d’écrits sur l’intersectionnalité. L’auteure montre qu’il reste encore à explorer dans le combat de Paulette Nardal pour l’émancipation des femmes noires en général, martiniquaises en particulier, et ses rapports aux employées de maison. Peu étudiés, ces textes amènent à replacer Paulette Nardal à la Martinique, où elle a vécu la majeure partie de sa vie. Ils ne sont pas sans poser de questions sur son regard de femme appartenant à la petite bourgeoisie noire et sur une approche de la domesticité qui semble viser davantage une amélioration de cette condition qu’une sortie.

 Recherches féministes 

Volume 35, Number 1-2, 2022, p. 207–223
Configurations des héritages féministes

Tous droits réservés © Recherches féministes, Université Laval, 2022


 

Petites et grandes résistances dans les domesticités

La dernière livraison de la revue L’homme et la société explore les manières dont les travailleur·es domestiques, à travers le monde, hier et aujourd’hui, résistent, se mobilisent, luttent collectivement ou font des actes individuels subversifs. 

Comment les travailleuses et travailleurs domestiques résistent-elles et ils à la domination ? Quelles sont leurs luttes individuelles et leurs mobilisations collectives ? Les rapports de travail domestiques reposent sur un ensemble de mécanismes de subordination et d’oppression, bien étayés par la littérature, qui invitent à tourner notre regard vers les manières dont ils sont contestés. Ce dossier a pour ambition d’interroger les formes de résistance déployées par celles et ceux qui prennent en charge les tâches domestiques et familiales au domicile des autres, contre rémunération et avantages en nature. La diversité des cas empiriques et des contextes ici mobilisés en parcourt trois formes : des contestations individuelles dans les interactions quotidiennes aux initiatives collectives portées par des institutions, en passant par l’étude de la mise en récit des résistances dans la production littéraire et artistique. Le dossier dans son ensemble invite à une réflexion sur l’émancipation des travailleuses et travailleurs à l’heure où les emplois domestiques se massifient à travers le monde, malgré des conditions de travail très dégradées. Si leurs résistances résultent de l’impulsion ou du soutien d’institutions privées comme publiques, il est faux de croire que les travailleuses et travailleurs ne peuvent rien sans elles : leurs résistances émanent aussi d’une auto-émancipation dont il s’agit de comprendre les conditions.

Continuer la lecture de Petites et grandes résistances dans les domesticités

Séminaire, Le corps des domestiques

Séminaire du groupe de recherche interdisciplinaire sur les domesticités.

L’atelier du 18 novembre 2021, Le corps des domestiques, a lancé le séminaire du Gridom.

Le programme poursuit la réflexion sur les corps au travail de celles et ceux qui s’exposent pour prendre soin de notre monde, pour faire tenir nos vies. Travailleurs et travailleuses des classes populaires, les nourrices, aides ménager·es, auxiliaires de puériculture, assistantes maternelles, aides de vie sont ces personnes souvent effacées de la compréhension du passé comme du présent. Il s’agit pour nous de mettre en lumière leurs modes d’existence et d’expérience sensibles, de problématiser leur place dans les rapports sociaux, en les réinscrivant dans une histoire des corps subalternes, déployée dans un espace mondialisé et sur une séquence chronologique large, du XIXe siècle à nos jours.

Pour les séances de 2022, alternerons la présentation de recherches en cours et, à partir de matériaux visuels, une réflexion collective sur les visibilités des domesticités.

Continuer la lecture de Séminaire, Le corps des domestiques

Overseas, un documentaire sur les travailleuses domestiques philippines

Aux Philippines, on déploie les femmes en masse à l’étranger comme aides ménagères ou nounous. Elles laissent souvent derrière elles leurs propres enfants, avant de se jeter dans l’inconnu. Dans un centre de formation au travail domestique, comme tant d’autres aux Philippines, un groupe de candidates au départ se préparent au mal du pays et aux maltraitances qui pourraient les atteindre. Lors d’exercices de jeux de rôles, les femmes se mettent tant dans la peau de l’employée que des employeurs. Aux abords de la fiction, OVERSEAS traite de la servitude moderne de notre monde globalisé, tout en révélant la détermination de ces femmes, leur sororité et les stratégies mises en place face aux épreuves que leur réserve l’avenir. 

Overseas, Sung-A Yoon
Belgique/France, 2019, couleur, 1 h 30 min

Projection dans le cadre de Voir Grand avec 25 nuances de docs

Bibliothèque du Centre Pompidou

24 nov. 2021
20h – 21h45

En présence de Sung-A Yoon

https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/RPDVAZt

Le corps des domestiques

Atelier de recherche du GRIDOM

Au paroxysme de la première vague épidémique, alors que s’impose à tous de rester chez soi, de mettre sa vie en suspens pour se protéger et protéger les autres, des hommes et des femmes continuent pourtant de devoir s’exposer pour prendre soin de notre monde. Aux côtés du personnel hospitalier et enseignant, ils sont ces travailleurs et ces travailleuses des classes populaires invisibles qui font tenir nos vies : aides ménagères, auxiliaires de puériculture, assistantes maternelles, aides de vie. Ils sont aussi souvent de celles et de ceux qui n’ont pas le choix des conditions de leur travail et subissent de plein fouet la contrainte des politiques économiques. Ils sont enfin, ces hommes et ces femmes aux corps vulnérables, éprouvés par les métiers précaires et pénibles du soin et du lien aux autres, et dont la crise de la covid-19 vient révéler le poids des tâches qui leur incombent, au péril de leur santé.

Parce qu’ils sont ces individus que trop souvent l’histoire ne retient pas dans sa compréhension du passé comme du présent, cet atelier a pour ambition de mettre en lumière leurs modes d’existence et d’expérience sensibles et le rôle qu’ils assurent pour faire tenir nos sociétés. Il s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par la MSH Paris Nord sur les corps et les affects des subalternes du soin, et porté par le Groupe de recherche interdisciplinaires sur les domesticités. Il constitue également la séance inaugurale d’un séminaire consacré à ces mêmes thématiques.

Pour ces premières rencontres, nous avons retenu deux axes prioritaires pour guider nos discussions et constituer les deux temps de cette journée :

– Un axe épistémologique centré sur les mécanismes et les dispositifs qui ont historiquement invisibilisé l’expérience sensible des subalternes du soin à l’enquête

– Un axe centré sur les corps et les affects de ces « classes serviles », sur leur exposition (aux dangers, aux épidémies, au mépris, aux répressions) et leur traitement politique et symbolique. Continuer la lecture de Le corps des domestiques

« Il est temps de reconnaître le travail des aides à domicile »

Dans le monde, un collectif d’universitaires et de féministes, dont l’écrivaine Annie Ernaux et les sociologues Dominique Méda, Christelle Avril et Caroline Ibos, plaide, pour la création d’un grand service public de l’aide à l’autonomie ainsi que pour la revalorisation des salaires et des carrières de celles qui ont été les « grandes oubliées » du Ségur de la santé.

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/09/22/il-est-temps-de-reconnaitre-le-travail-des-aides-a-domicile_6095536_3232.html

Manifestation des aides à domicile de l’ADPA (Association Départementale d’aide aux Personnes Âgées), 16 juin 2021, crédit: LO

“Alors que leur rôle est essentiel, que leur métier fait partie des enjeux forts des sociétés de demain, alors que leur travail est aussi un levier d’émancipation des femmes qui sont majoritairement des aidantes, il est temps de construire un grand service public de l’aide à l’autonomie, avec un financement de la perte d’autonomie au titre de la maladie par la Sécurité sociale et avec de vraies garanties sociales et salariées pour toutes ces professionnelles.”

Les près de 700 000 aides à domicile, en première ligne durant la crise sanitaire, sont les « grandes oubliées » du Ségur de la santé ou des plans de relance, en dehors d’une prime ponctuelle de 1 000 euros, en réalité rarement obtenue en totalité.

« Guillermina », symbole de l’histoire oubliée des nourrices noires

Le fils d’une famille aisée de La Havane évoque le souvenir impérissable laissé par sa nourrice, une femme noire nommée Guillermina qui l’a élevé dans les années 1940.

crédit: Tënk

“À l’image, une animation enfantine laisse rapidement la place à des photographies en noir et blanc. Des dizaines de photos de familles où des femmes noires portent des enfants blancs sur leurs genoux pour leur faire tenir la pose. En accumulant ces clichés anonymes, ce court métrage dépasse la simple quête personnelle pour révéler les fondements d’un système raciste et de classes. Nous restons longtemps habités du regard de ces femmes, réalisant le travail de soin qu’elles ont accompli et toute l’affection qu’elles ont dû prodiguer aux enfants des maîtres. Un juste retour dans la lumière de cette histoire méconnue.”

Éva Tourrent, responsable artistique de Tënk

Ce documentaire a été réalisé par la chercheuse cubaine Aída Esther Bueno Sarduy, docteur en anthropologie sociale et culturelle, experte en études avancées sur les relations raciales et la culture noire et spécialiste des cultures de la diaspora africaine et du leadership féminin dans le Xangô de Recife. Elle mène actuellement des recherches sur les actions de libération entreprises par des femmes asservies devant les cours de justice de Pernambuco (Brésil) à la fin du 19e siècle.

A retrouver sur la plateforme Tënk