AAC Le corps des domestiques

LE CORPS DES DOMESTIQUES

Atelier de recherche du Groupe de recherche interdisciplinaire sur les domesticités

18 novembre, MSH Paris Nord

Edith Mendoza, travailleuse domestique philippine aux États-Unis, membre du National Domestic Workers Alliance.

Photo: Sharif Hamza pour le New York Times, 21 février 2019

Introduction

Au paroxysme de la première vague épidémique, alors que s’impose à tous de rester chez soi, de mettre sa vie en suspens pour se protéger et protéger les autres, des hommes et des femmes continuent pourtant de devoir s’exposer pour prendre soin de notre monde. Aux côtés du personnel hospitalier et enseignant, ils sont ces travailleurs et ces travailleuses des classes populaires invisibles qui font tenir nos vies : aides ménagères, auxiliaires de puériculture, assistantes maternelles, aides de vie. Ils sont aussi souvent de celles et de ceux qui n’ont pas le choix des conditions de leur travail et subissent de plein fouet la contrainte des politiques économiques. Ils sont enfin, ces hommes et ces femmes aux corps vulnérables, éprouvés par les métiers précaires et pénibles du soin et du lien aux autres, et dont la crise de la covid-19 vient révéler le poids des tâches qui leur incombent, au péril de leur santé.

Parce qu’ils sont ces individus que trop souvent l’histoire ne retient pas dans sa compréhension du passé comme du présent, cet atelier a pour ambition de mettre en lumière leurs modes d’existence et d’expérience sensibles et le rôle qu’ils assurent pour faire tenir nos sociétés. Il s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par la MSH Paris Nord sur les corps et les affects des subalternes du soin, et porté par le Groupe de recherche interdisciplinaires sur les domesticités. Il constitue également la séance inaugurale d’un séminaire consacré à ces mêmes thématiques.

Pour ces premières rencontres, nous avons retenu deux axes prioritaires pour guider nos discussions et constituer les deux temps de cette journée :

– Un axe épistémologique centré sur les mécanismes et les dispositifs qui ont historiquement invisibilisé l’expérience sensible des subalternes du soin à l’enquête

– Un axe centré sur les corps et les affects de ces « classes serviles », sur leur exposition (aux dangers, aux épidémies, au mépris, aux répressions) et leur traitement politique et symbolique.

Continuer la lecture de AAC Le corps des domestiques

Femmes de chambres de l’Ibis Batignolles : la victoire après vingt-deux mois de combat

“Frotter frotter, ça a payé!”

“Toutes les victoires sociales sont bonnes à prendre, mais certaines se dégustent avec plus de plaisir que d’autres. Quand elles ont eu près de deux ans pour mijoter, forcément, la saveur finale n’en est que décuplée. Il en va ainsi de la lutte au long cours d’une vingtaine de femmes de chambre de l’hôtel Ibis des Batignolles (Paris, XVIIe arrondissement), qui restera dans les mémoires avant tout pour sa durée : vingt-deux mois. Vingt-deux mois au terme desquels un accord devait être signé, ce mardi matin, dans les murs de cet établissement géré par AccorInvest, filiale du groupe Accor, dont elles nettoient et préparent les chambres à la chaîne. Vingt-deux mois au terme desquels elles ont arraché les revalorisations salariales et les meilleures conditions de travail qu’elles réclamaient.” (Frantz Durupt, Libération, 24/05/2021)

Les femmes de chambre, salariées de STN, sous-traitant du groupe hôtelier Accor, demandaient notamment la réduction de leur cadence de travail et le paiement d’un panier-repas. Ici devant l’Ibis Clichy-Batignolles après la signature de l’accord. (Albert Facelly/Libération)

https://www.liberation.fr/economie/social/femmes-de-chambres-de-libis-batignolles-la-victoire-apres-vingt-deux-mois-de-combat-20210524_OXU7E4ERZRGD5LDXILGSMEBZJI/

Assistantes maternelles, celles à qui on ne pense pas

Crédit: L’assmat

En première ligne de la crise sanitaire depuis près d’un an, les assistantes maternelles figurent aux côtés des autres subalternes du soin parmi les oubliées systématiques des annonces gouvernementales. La dévalorisation des femmes qui exercent le métier de mère pour d’autres enfants que les leurs est ancienne.

Chronique “Historiques” de Clyde Plumauzille dans Libération du 8 avril 2021.

https://www.liberation.fr/idees-et-debats/opinions/assistantes-maternelles-celles-a-qui-on-ne-pense-pas-20210408_HQAXJFDHX5GBHBD3IIP6QU7TF4/

A votre service

La Série Documentaire, France culture

https://www.franceculture.fr/emissions/series/a-votre-service-plongee-dans-lunivers-de-la-domesticite

Majordome• Crédits : Jacobs Stock Photography Ltd – Getty

Gouvernante, majordome, cuisinière, bonne de ferme, nounou, auxiliaire de vie… ils ou elles travaillent à domicile, partagent l’intimité de leur employeur mais demeurent invisibles

Qui sont-ils/elles ? Quelle est leur histoire, leurs conditions de vie et de travail, quelles relations nouent-ils avec leurs employeurs ? Comment ces salariés vivent le fait d’être exposés à un niveau de vie très supérieur au leur ? Quelle est leur trajectoire ? La dialectique du maître et de l’esclave est-elle encore d’actualité ? 

Soumission, révolte, dépendance mutuelle, conflit latent, fantasmes, manipulation ou renversement des rôles… De Pot-Bouille de Zola au Journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbeau, en passant par Lamartine, les Frères Goncourt ou la figure de Bécassine… la relation maîtres/domestiques irradie largement la fiction.

Mais ces rapports sociaux sont souvent plus complexes qu’il n’y paraît, car les liens qui se tissent au sein d’une maison laissent aussi place à l’affectif. Il s’agira d’observer ces interactions subtiles et la frontière ténue entre service et servitude en opérant des allers et retour entre passé et présent, réel et fiction.

Une série documentaire de Jérôme Sandlarz réalisée par Anne Fleury

Episode 1: Domestique diplômé

Episode 2: Du service à l’asservissement

Episode 3: De la nourrice à la nounou

Episode 4: Aides à domicile, expertes en dépendances

Le monde des services à la personne, le travail du care, en temps de crise sanitaire

Focus sur les oubliées de la crise

Journée d’étude organisée par Lucie MEZURET, doctorante en sociologie au Laboratoire du changement social et politique, ED 624, Université de Paris

L’importance déterminante des métiers de services est apparue de manière criante au cours de la dernière année face à la crise sanitaire mondiale de la Covid 19. Ces emplois précaires et peu qualifiés se sont retrouvés en « premières lignes » pour certains (caissières) et on était rendu inutiles pour d’autres (serveuses) du fait des fermetures. Cette journée d’étude se penchera en priorité sur les métiers où l’on trouve une majorité de femmes souvent étant les plus précaires.
En s’inspirant de la définition du care de la sociologue Paula England et de l’économiste Nancy Folbre [England, Folbre ; 1999] qui le définissent comme un « service à une personne avec laquelle il existe un contact personnel (normalement face-à-face) », cette journée d’étude s’intéressera aux transformations de ces métiers de service en temps de crise sanitaire.

27 avril 2021, à partir de 9h30, en visioconférence
Inscription : lucie.mezuret@hotmail.fr

https://institut-du-genre.fr/fr/actualites-du-genre/manifestations-scientifiques-138/colloques-et-journees-d-etudes/article/le-monde-des-services-a-la

“Aide à domicile: ces travailleuses invisibles et en colère”

8 mars 2021, à Blois, comme ailleurs, des femmes travaillant dans l’aide à domicile luttent contre des salaires indécents, loin de refléter le caractère indispensable de leurs tâches.

Elles sont une douzaine de salariées de l’ADMR (Aide à domicile en milieu rural) de Loir-et-Cher à faire grève depuis le 21 décembre, avec de récents coups d’éclats, comme l’envahissement du siège de leur employeur à Blois ou du hall d’accueil du conseil départemental.

À Blois, la grève des aides à domicile dure depuis trois mois. © JP

Parce qu’elles assurent notamment les tâches d’aides-soignantes ou auxiliaires de vie, diplômées et mieux payées, elles réclament une hausse salariale significative (12 euros net de l’heure, contre 8 euros actuellement) et une meilleure prise en charge de leurs frais de déplacements entre chaque bénéficiaire.

Une enquête à retrouver sur Mediapart.

Femmes de chambre et métiers du care, une nouvelle classe ouvrière ?

“Agent‧e‧s de nettoyage, femmes de chambre, aides soignant‧e‧s : au-delà de l’hétérogénéité de ces métiers, subsiste un travail précaire et éreintant. Les récentes mobilisations de ces travailleuses, d’ordinaires invisibles et isolées, marquent-elles un renouvellement de la figure de l’ouvrier ?

Nettoyer, soigner, aider : des milliers de femmes s’en chargent chaque jour, inlassablement. Mais ce travail reste invisible.
Nettoyer, soigner, aider : des milliers de femmes s’en chargent chaque jour, inlassablement. Mais ce travail reste invisible.• Crédits : Aurore Mesenge – AFP

Nous sommes loin des grandes grèves des années 1970 ou 1980, dans l’industrie automobile ou la sidérurgie, qui rassemblaient des milliers de grévistes et de manifestants. Ce sont en effet un ensemble de petits conflits, qui rassemblent quelques dizaines de grévistes au plus et parfois beaucoup moins : aides à domicile, femmes de ménage d’hôtel, d’hôpitaux ou du Parlement. Ces conflits peuvent durer longtemps, comme celui des personnels de ménage de l’hôtel Ibis Batignolles, entrant aujourd’hui dans leur dix-neuvième mois de grève.
Est-ce cet émiettement ou leur invisibilisation qui explique que ces métiers de première ligne ne soient pas plus reconnus ?”

La suite à retrouver dans l’émission le Temps du débat sur France Culture, animée par Emmanuel Laurentin en compagnie de Caroline Ibos et François Ruffin.

« On veut pouvoir vivre de notre métier qu’on adore. Mais comment on fait avec 900 euros par mois ? »

CYRIL CHIGOT / DIVERGENCE pour Le Monde du 12 février 2021

Très mobilisées pendant le confinement, des aides à domicile en grève dans le Loir-et-Cher réclament depuis deux mois de meilleures rémunérations et conditions de travail car, comme elle le disent, “on a été exploitées depuis des années”.

Reportage d’Aline Leclerc à retrouver sur Le Monde.fr (12/02/2021)

“On fait ce travail parce qu’on les aime nos papis et nos mamis. Ce n’est pas pour le salaire. Mais là ça suffit.”

Sylvie Clément, aide à domicile à Noyers-sur-Cher depuis 8 ans

“Ce n’est pas possible en 2021 de vivre avec un salaire de misère. L’entretien de la voiture, l’essence, l’assurance… on paie tout avec moins de 900 euros pour vivre. Mais si je ne démissionne pas c’est parce que j’aime mon métier et mes papis et mamis qui nous soutiennent dans la grève. ” 

Sylvie Clément, aide à domicile

J’adore mon métier. C’est pour ça que je tiens. Sinon j’aurais arrêté depuis longtemps.

Noémie Chollet, aide à domicile ADMR 41

Citations extraites du reportage de Marine Rondonnier à retrouer sur France 3 Centre Val de Loire (06/01/2021)

Table ronde ”Travail de care”, 12/02/2021

Table ronde ”Travail de care” , le vendredi 12 février à 17:00,
Université de Chicago, Paris

Comment la notion de care comme soin à autrui permet-elle d’analyser à nouveaux frais le travail subalterne, et souvent féminin, de sociétés du passé ?

Pour la valorisation du n°49 de la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire intitulé « Travail de care », les co-éditrices souhaitent prolonger la discussion sur la valeur heuristique du care en histoire par une table ronde.

Elles y présenteront tout d’abord le numéro, du projet initial (une invitation à se saisir du care comme grille d’analyse en histoire) à sa réalisation (un numéro rassemblant des études de cas dans des périodes très diverses, deux analyses de documents, un « regard complémentaire » et un état de l’art).

Puis les éditrices laisseront la parole à trois invitées pour une mise en perspective de l’apport de ce numéro dans le champ du care, notion principalement développée dans d’autres disciplines. Ces invitées sont Caroline Ibos, auteure d’un état de l’art dans ce même numéro, MCF HDR en sciences politiques à l’Université Rennes 2 et spécialiste du travail subalterne et du care ; Sandra Laugier, Professeure de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne et co-auteure d’un ouvrage sur le care ; et Anne Jusseaume, historienne, MCF à l’Université d’Artois et spécialiste des congrégations religieuses dans leur dimension de soin.

Une partie des auteur-e-s du numéro seront également là pour prendre part au débat et à la réflexion sur les apports de l’approche en termes de care pour leurs recherches.

Cet événement aura lieu simultanément via Zoom et sur place (sous réserve de la levée du couvre-feu). Si l’évolution des conditions sanitaires ne nous permet plus de vous accueillir, l’événement se déroulera uniquement via Zoom.
Inscription pour assister à l’événement en ligne
Inscription pour assister à l’événement en personne

Retrouver notre table ronde sur youtube en cliquant ici!

Les corps exposés à l’ombre des subalternes du soin

« Parce que sans nous, le monde s’arrête »[1].

Caroline Ibos et Clyde Plumauzille

La récente pandémie du Coronavirus a rappelé que la vulnérabilité ontologique est une condition partagée. Alors que sous le coup des catastrophes naturelles, de la crise climatique et des épidémies, chacun·e sent sa vie menacée, la sensibilité collective capte le soin comme l’une des modalités, longtemps dévaluée mais finalement désirable, des relations entre les personnes. Or, celles et ceux sommés de prendre en charge les pratiques de soin si fondamentales pour tou·te·s, sont eux-mêmes et elles-mêmes moins souvent que les autres destinataires de soins et d’attention. Le soin et le soutien à la vie ordinaire interrogent les manières dont les sociétés tiennent et leur organisation fixe des inégalités et des iniquités systémiques dans la qualification des corps et des affects ainsi que dans l’attention qui leur est accordée. Ce sont les tensions entre la reconnaissance croissante du soin et le mépris témoigné à ceux et celles qui l’assument, entre leur sollicitation au bénéfice de certains et les épreuves que leurs corps endurent que ce projet intitulé Les corps exposés à l’ombre des subalternes du soin vise à analyser. Attentif à la dimension sensible, corporelle et sanitaire des inégalités en jeu dans la prise en charge du soin d’autrui, il s’inscrit dans l’axe Corps, santé et société du programme scientifique de la MSH Paris Nord et propose une réflexion à l’intersection de ses thématiques Corps, émotions et sensibilités et Santé et inégalités.

Continuer la lecture de Les corps exposés à l’ombre des subalternes du soin