Archives de catégorie : Colloques et journées d’études

Le corps des domestiques

Atelier de recherche du GRIDOM

Au paroxysme de la première vague épidémique, alors que s’impose à tous de rester chez soi, de mettre sa vie en suspens pour se protéger et protéger les autres, des hommes et des femmes continuent pourtant de devoir s’exposer pour prendre soin de notre monde. Aux côtés du personnel hospitalier et enseignant, ils sont ces travailleurs et ces travailleuses des classes populaires invisibles qui font tenir nos vies : aides ménagères, auxiliaires de puériculture, assistantes maternelles, aides de vie. Ils sont aussi souvent de celles et de ceux qui n’ont pas le choix des conditions de leur travail et subissent de plein fouet la contrainte des politiques économiques. Ils sont enfin, ces hommes et ces femmes aux corps vulnérables, éprouvés par les métiers précaires et pénibles du soin et du lien aux autres, et dont la crise de la covid-19 vient révéler le poids des tâches qui leur incombent, au péril de leur santé.

Parce qu’ils sont ces individus que trop souvent l’histoire ne retient pas dans sa compréhension du passé comme du présent, cet atelier a pour ambition de mettre en lumière leurs modes d’existence et d’expérience sensibles et le rôle qu’ils assurent pour faire tenir nos sociétés. Il s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par la MSH Paris Nord sur les corps et les affects des subalternes du soin, et porté par le Groupe de recherche interdisciplinaires sur les domesticités. Il constitue également la séance inaugurale d’un séminaire consacré à ces mêmes thématiques.

Pour ces premières rencontres, nous avons retenu deux axes prioritaires pour guider nos discussions et constituer les deux temps de cette journée :

– Un axe épistémologique centré sur les mécanismes et les dispositifs qui ont historiquement invisibilisé l’expérience sensible des subalternes du soin à l’enquête

– Un axe centré sur les corps et les affects de ces « classes serviles », sur leur exposition (aux dangers, aux épidémies, au mépris, aux répressions) et leur traitement politique et symbolique. Continuer la lecture de Le corps des domestiques

AAC Le corps des domestiques

LE CORPS DES DOMESTIQUES

Atelier de recherche du Groupe de recherche interdisciplinaire sur les domesticités

18 novembre, MSH Paris Nord

Edith Mendoza, travailleuse domestique philippine aux États-Unis, membre du National Domestic Workers Alliance.

Photo: Sharif Hamza pour le New York Times, 21 février 2019

Introduction

Au paroxysme de la première vague épidémique, alors que s’impose à tous de rester chez soi, de mettre sa vie en suspens pour se protéger et protéger les autres, des hommes et des femmes continuent pourtant de devoir s’exposer pour prendre soin de notre monde. Aux côtés du personnel hospitalier et enseignant, ils sont ces travailleurs et ces travailleuses des classes populaires invisibles qui font tenir nos vies : aides ménagères, auxiliaires de puériculture, assistantes maternelles, aides de vie. Ils sont aussi souvent de celles et de ceux qui n’ont pas le choix des conditions de leur travail et subissent de plein fouet la contrainte des politiques économiques. Ils sont enfin, ces hommes et ces femmes aux corps vulnérables, éprouvés par les métiers précaires et pénibles du soin et du lien aux autres, et dont la crise de la covid-19 vient révéler le poids des tâches qui leur incombent, au péril de leur santé.

Parce qu’ils sont ces individus que trop souvent l’histoire ne retient pas dans sa compréhension du passé comme du présent, cet atelier a pour ambition de mettre en lumière leurs modes d’existence et d’expérience sensibles et le rôle qu’ils assurent pour faire tenir nos sociétés. Il s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par la MSH Paris Nord sur les corps et les affects des subalternes du soin, et porté par le Groupe de recherche interdisciplinaires sur les domesticités. Il constitue également la séance inaugurale d’un séminaire consacré à ces mêmes thématiques.

Pour ces premières rencontres, nous avons retenu deux axes prioritaires pour guider nos discussions et constituer les deux temps de cette journée :

– Un axe épistémologique centré sur les mécanismes et les dispositifs qui ont historiquement invisibilisé l’expérience sensible des subalternes du soin à l’enquête

– Un axe centré sur les corps et les affects de ces « classes serviles », sur leur exposition (aux dangers, aux épidémies, au mépris, aux répressions) et leur traitement politique et symbolique.

Continuer la lecture de AAC Le corps des domestiques

Le monde des services à la personne, le travail du care, en temps de crise sanitaire

Focus sur les oubliées de la crise

Journée d’étude organisée par Lucie MEZURET, doctorante en sociologie au Laboratoire du changement social et politique, ED 624, Université de Paris

L’importance déterminante des métiers de services est apparue de manière criante au cours de la dernière année face à la crise sanitaire mondiale de la Covid 19. Ces emplois précaires et peu qualifiés se sont retrouvés en « premières lignes » pour certains (caissières) et on était rendu inutiles pour d’autres (serveuses) du fait des fermetures. Cette journée d’étude se penchera en priorité sur les métiers où l’on trouve une majorité de femmes souvent étant les plus précaires.
En s’inspirant de la définition du care de la sociologue Paula England et de l’économiste Nancy Folbre [England, Folbre ; 1999] qui le définissent comme un « service à une personne avec laquelle il existe un contact personnel (normalement face-à-face) », cette journée d’étude s’intéressera aux transformations de ces métiers de service en temps de crise sanitaire.

27 avril 2021, à partir de 9h30, en visioconférence
Inscription : lucie.mezuret@hotmail.fr

https://institut-du-genre.fr/fr/actualites-du-genre/manifestations-scientifiques-138/colloques-et-journees-d-etudes/article/le-monde-des-services-a-la