Tous les articles par Caroline Ibos

Lutter depuis le travail reproductif, perspectives historiques, théoriques et politiques

Journée d’étude

Vendredi 29 septembre
15h-19h – Amphithéâtre Max Weber – Université Paris Nanterre

15h- Ouverture de la journée

15h15-16h15-Leopoldina Fortunati – « Luttes visibles et invisibles depuis la sphère reproductive » – Discussion animation Fanny Gallot

16h15-17h15- Silvia Federici (visio) – « Communs du travail reproductif et reproduction du travail militant » – Discussion animation Karel Yon

17h15-17h30- pause-

17h30-18h30- Louise Toupin (visio) – « Le Collectif féministe international du salaire au travail ménager (1972-1977) : une internationale féministe avant l’heure » – Discussion animation Maud Simonet

“De complexes héritages féministes? La question de la domesticité chez Paulette Nardal ou l’invisibilisation de la condition d’autres femmes”

Un article de Monique Milia Marie-Luce

Résumé

Paulette Nardal est une personnalité martiniquaise longtemps ignorée. Ce sont les travaux de chercheuses américaines au cours de la première décennie des années 2000 qui ont permis de mettre en lumière son rôle dans l’émergence du mouvement de la négritude et ses activités féministes. Son parcours a été récemment (re)valorisé en France dans le contexte principalement d’écrits sur l’intersectionnalité. L’auteure montre qu’il reste encore à explorer dans le combat de Paulette Nardal pour l’émancipation des femmes noires en général, martiniquaises en particulier, et ses rapports aux employées de maison. Peu étudiés, ces textes amènent à replacer Paulette Nardal à la Martinique, où elle a vécu la majeure partie de sa vie. Ils ne sont pas sans poser de questions sur son regard de femme appartenant à la petite bourgeoisie noire et sur une approche de la domesticité qui semble viser davantage une amélioration de cette condition qu’une sortie.

 Recherches féministes 

Volume 35, Number 1-2, 2022, p. 207–223
Configurations des héritages féministes

Tous droits réservés © Recherches féministes, Université Laval, 2022


 

Les corps exposés à l’ombre des subalternes du soin

« Parce que sans nous, le monde s’arrête »[1].

Caroline Ibos et Clyde Plumauzille

La récente pandémie du Coronavirus a rappelé que la vulnérabilité ontologique est une condition partagée. Alors que sous le coup des catastrophes naturelles, de la crise climatique et des épidémies, chacun·e sent sa vie menacée, la sensibilité collective capte le soin comme l’une des modalités, longtemps dévaluée mais finalement désirable, des relations entre les personnes. Or, celles et ceux sommés de prendre en charge les pratiques de soin si fondamentales pour tou·te·s, sont eux-mêmes et elles-mêmes moins souvent que les autres destinataires de soins et d’attention. Le soin et le soutien à la vie ordinaire interrogent les manières dont les sociétés tiennent et leur organisation fixe des inégalités et des iniquités systémiques dans la qualification des corps et des affects ainsi que dans l’attention qui leur est accordée. Ce sont les tensions entre la reconnaissance croissante du soin et le mépris témoigné à ceux et celles qui l’assument, entre leur sollicitation au bénéfice de certains et les épreuves que leurs corps endurent que ce projet intitulé Les corps exposés à l’ombre des subalternes du soin vise à analyser. Attentif à la dimension sensible, corporelle et sanitaire des inégalités en jeu dans la prise en charge du soin d’autrui, il s’inscrit dans l’axe Corps, santé et société du programme scientifique de la MSH Paris Nord et propose une réflexion à l’intersection de ses thématiques Corps, émotions et sensibilités et Santé et inégalités.

Continuer la lecture de Les corps exposés à l’ombre des subalternes du soin

Domesticités

Consacré aux domesticités, ce carnet Hypothèses publie des textes, diffuse des résultats de recherche et des ressources collectives.

Les domesticités restent un champ de recherche sous-exploré : considérée comme relevant de l’économie familiale et de la vie privée, caractérisant les emplois subalternes, sollicitant des approches par le genre et la race toujours en manque de légitimité en France, invitant à réexaminer l’histoire coloniale et ses prolongements à la fois dans l’outremer et dans l’hexagone, la condition de domesticité retient bien moins l’attention scientifique que – par exemple – la question ouvrière ou les restructurations du salariat. L’étude du service domestique demeure ainsi sous-évaluée pour analyser les rapports sociaux, l’histoire du genre ou des migrations, la sociologie de la mondialisation, la théorie politique, alors même qu’elle renouvèle des perspectives.

Réunissant des chercheuses de disciplines différentes (histoire, sociologie, droit, philosophie, science politique), le Groupe de recherche interdisciplinaire sur les domesticités est un lieu pour problématiser ce champ, en déployer les potentialités heuristiques, en baliser les terrains, en examiner les enjeux épistémologiques…

Lieu de discussion, d’élaboration et de coopération, nos ateliers collectifs ont jalonné, de 2020 à 2022 le déploiement d’un projet de recherche financé et labellisé par la Maison des sciences de l’homme Paris-Nord : “Les corps exposés à l’ombre des subalternes du soin”. Ils se poursuivent aujourd’hui autour d’autres projets.