Femmes de chambre et métiers du care, une nouvelle classe ouvrière ?

“Agent‧e‧s de nettoyage, femmes de chambre, aides soignant‧e‧s : au-delà de l’hétérogénéité de ces métiers, subsiste un travail précaire et éreintant. Les récentes mobilisations de ces travailleuses, d’ordinaires invisibles et isolées, marquent-elles un renouvellement de la figure de l’ouvrier ?

Nettoyer, soigner, aider : des milliers de femmes s’en chargent chaque jour, inlassablement. Mais ce travail reste invisible.
Nettoyer, soigner, aider : des milliers de femmes s’en chargent chaque jour, inlassablement. Mais ce travail reste invisible.• Crédits : Aurore Mesenge – AFP

Nous sommes loin des grandes grèves des années 1970 ou 1980, dans l’industrie automobile ou la sidérurgie, qui rassemblaient des milliers de grévistes et de manifestants. Ce sont en effet un ensemble de petits conflits, qui rassemblent quelques dizaines de grévistes au plus et parfois beaucoup moins : aides à domicile, femmes de ménage d’hôtel, d’hôpitaux ou du Parlement. Ces conflits peuvent durer longtemps, comme celui des personnels de ménage de l’hôtel Ibis Batignolles, entrant aujourd’hui dans leur dix-neuvième mois de grève.
Est-ce cet émiettement ou leur invisibilisation qui explique que ces métiers de première ligne ne soient pas plus reconnus ?”

La suite à retrouver dans l’émission le Temps du débat sur France Culture, animée par Emmanuel Laurentin en compagnie de Caroline Ibos et François Ruffin.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Clyde Plumauzille (17 février 2021). Femmes de chambre et métiers du care, une nouvelle classe ouvrière ? Domesticités. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvtb


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.